L’ admission post-bac…quand faut-il s’y préparer?

postbac

L’ admission post-bac en question. En 2010, 92% des élèves avaient leur affectation définitive dès le 9 juin.

C’est un résultat très favorable mais intéressons-nous un instant à l’après « Bachot ».
Comme vous le savez, le dispositif de l’admission post-bac concerne également l’inscription des étudiants à l’Université (Licence 1).
Ce dispositif informatisé vous sert-il réellement pour vous aider dans votre orientation ?

Oui, si nous nous plaçons du point de vue du système qui parvient effectivement, grâce à sa procédure, à vous apporter rapidement un conseil, si vous êtes candidat (e) à une formation en université. Vous avez accès à une information pertinente quant à vos choix de filières, en relation avec votre parcours scolaire.

Le conseil répond-il réellement à une demande individualisée de votre part, s’agissant de votre projet professionnel ? Nous touchons là, de mon point de vue, à un autre sujet.

Je connais pour ma part, beaucoup d’entre vous qui n’ont pas du tout « ficelé » leur projet d’avenir professionnel à l’heure de l’admission post-bac.

La démarche engagée vis-à-vis de leur avenir professionnel est encore tellement floue et subjective que nous pouvons émettre des réserves sur l’argument enthousiaste qui voudrait que le système d’inscription puisse faire bénéficier d’un conseil individualisé objectif aux candidats aux études supérieures.

L’objectivité de l’information transmise ne doit, certes pas, nous faire croire qu’elle devient potentiellement un conseil, une fois passée par le prisme du système mis en place, si efficace soit-il pour gérer dans un temps record, la masse des bacheliers en herbe.

L’admission post-bac s’adresse-t-elle, dans les faits, à de futurs étudiants qui s’y inscrivent en étant certains de leur(s) choix ? Sont-ils en majorité capables de défendre leur projet d’étude, de l’argumenter ? Il est difficile d’avoir des statistiques sur les proportions de ceux qui en sont capables.

A défaut de présenter les savoir-faire que vous ne possédez pas encore, êtes-vous en mesure pour autant de présenter clairement les raisons précises qui vous motivent à apprendre ?

Pas si sûr ! Si nous nous référons à vos aînés, le taux d’échec dès la première année de Fac ressemble à bien des endroits, à une hécatombe.

Il s’avère même que les principales « victimes » de l’échec en Licence sont des bacheliers technologiques et professionnels.

Bon nombre de ces bacheliers s’orientent en 1er cycle à la Fac plus par effet du hasard que par réel choix. Nous en avons pour preuve le fait qu’ils placent majoritairement ce vœu en troisième choix.

Beaucoup trop de vos prédécesseurs n’ont pas pu choisir de rester dans leur filière de prédilection, tout simplement parce qu’ils se sont vus refuser l’accès.

Les filières qui leurs étaient normalement destinées sont à ce point sélectives, quant aux exigences du dossier scolaire, que les « non-admissibles » aux filières courtes se retrouvent « admissibles » pour les filières longues. Nous sommes véritablement face à un paradoxe.

Le système mis en place ne renforce-t-il pas, un peu plus, le sentiment que l’incitation à un large choix initial finit parfois à promouvoir les parcours de l’échec presque assuré? La faculté est capable de prôner l’excellence, à condition qu’elle puisse s’adresser aux inscris de premier choix. Un bachelier technologique peut en effet, tout à fait prétendre à une inscription à l’université, à la condition que son projet soit parfaitement anticipé et motivé.

Vous ne pouvez en vouloir au système car c’est à vous de prendre en main votre recherche d’information dès le Lycée. N’attendez pas le mois de janvier de votre terminale pour commencer à vous poser les bonnes questions. L’anticipation a du bon, surtout quand il s’agit de se projeter dans votre avenir.

Vous êtes en classe de 1ère et toutes ces questions vous taraudent l’esprit. Décidez, dès maintenant, la date à partir de laquelle vous vous engagerez assurément dans une réflexion, quant à vos choix futurs. Votre premier trimestre de terminale ne vous permettra peut-être plus de prendre le temps de poser les jalons sur l’esquisse du chemin à prendre.

Inscrivez une date dans votre agenda ; la vôtre…mais à coup sûr il faudra bosser sur votre projet. Plus tôt vous vous engagerez, plus il sera possible de prendre le temps de changer d’avis.

L’essentiel réside dans la façon de vous y prendre, de structurer votre démarche de recherche d’informations. Ne prenez pas le risque de vous retrouver devant le fait accompli…face à l’obligation de devoir vous inscrire dans l’urgence.

Bonne chance pour l’admission post-bac et la suite que vous allez lui donner!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *